5 photographes invités pour enrichir la collection Adobe Stock

Charles Loyer Actu, Photo / Vidéo 0 Commentaire

Souffrir d’un déficit d’image, c’est vraiment un comble pour une banque… d’images. Depuis plusieurs années, ces services en ligne sont souvent moqués pour leurs contenus prétextes, considérés comme trop « clichés ». Adobe Stock tente aujourd’hui d’inverser cette tendance avec le lancement d’une collection premium qui contient plus de 100 000 images minutieusement sélectionnées. À cette occasion, la marque a invité 5 photographes reconnus dans les milieux de l’art et de la publicité, à produire des contenus exclusifs.

Vincent Bousserez, Léo Caillard, Julie de Waroquier, Benoît Lapray et Benjamin Taguemont, chacun d’entre eux a usé de sa patte photographique pour réaliser des séries  à forte valeur narrative. Une manière de montrer qu’à l’heure où l’image explose avec le digital, il est possible d’avoir des ressources qualitatives tout en faisant confiance et en respectant le travail des photographes.

benjamin-3
Benjamin Taguemont aime à mettre en scène le langage des corps. Ici, le corps est présenté en pleine chorégraphie, son mouvement est sublimé par une explosion de matière.

 

benoit-2Un monde accroc au mobile où l’écran devient la seule source de lumière, voilà ce que la série de Benoît Lapray met en évidence … Un modèle de société où le contact humain est filtré par la technologie.

 

julie-3Julie de Waroquier a choisi de travailler  le thème du vélo, accessoire souvent présent dans les publicités de l’univers du sport, pour démontrer l’aspect mécanique ou la performance. Avec sa série surréaliste, elle essaie d’apporter une dimension poétique à l’univers du deux roues.

 

leo-3Léo Caillard propose de revisiter l’esthétique classique en photographiant des statues habillées, une manière de les intégrer dans l’univers Lifestyle. La temporalité passé/présent est au cœur de son approche : en habillant les statues, il s’interroge sur la puissance du vêtement, la représentation de soi et les codes sociaux qui nous représentent. Une fois habillée, la statue perd son aspect iconique et devient alors un humain « presque » comme un autre.

 

vincentbousserez-lets-get-lost-2017Vincent Bousserez s’est inspiré de l’univers de célèbres jouets tels que Fisher Price, Hot Weels ou encore Playmobil. Il les a campés dans des paysages réels à l’instar de décors de films, le rêve touchant le réel. Quand la photo permet de réaliser un rêve de gosse…

FacebookTwitterGoogle+LinkedInDelicious

À propos de l'auteur

Charles Loyer