Bluffants, les 1ers films contrôlés par la pensée

Patricia Didier Actu 0 Commentaire

Imaginez un film qui s’adapterait aux spectateurs, où les personnages se métamorphoseraient au gré des émotions et où le dénouement dépendrait des pensées du public, en traquant chaque émotion, pensée et regard, et tout cela grâce à un casque à éléctroencéphalogramme ou avec une simple webcam.
Tout ça sonne un peu comme un nouvel épisode de Black Mirror et pourtant, c’est bien réel.

Découvrez deux projets de films contrôlés par la pensée, totalement futuristes :

The Moment de Richard Ramchurn :

Ce film, disponible cet été, se regarde avec un casque électroencéphalogramme (développé par NeuroSky et disponible pour moins de 100 €) qui traque et enregistre votre activité cérébrale et la relie à une interface informatique. Ce logiciel transforme ensuite vos signaux cérébraux et vous permet de contrôler la musique, les décors, voire de changer une partie du scénario, rien qu’en y pensant.
Ce procédé crée une relation d’influence réciproque entre le public et le film. En effet, les pensées du spectateur modifient le film, qui lui même modifie les pensées du spectateur, et ainsi de suite.
Cette personnalisation de l’expérience par l’utilisateur en fait un film imprévisible et incoercible. Plus l’audience essaie de contrôler le film et plus l’histoire devient chaotique. Les pensées complexes ne sont d’ailleurs pas encore captées par le casque, l’expérience reste donc simple mais les influences subtiles.

Ce projet, en tant qu’innovation technologique, est en constante amélioration. The Moment ouvre tout de même une fenêtre vers un possible futur du cinéma.

The Angry River de Armen Perian :

Ce court-métrage (en collaboration avec CrossBeat) est aussi influencé par les pensées du spectateur, mais utilise lui, la technologie de suivi oculaire. Grâce à la simple webcam de votre ordinateur, ce film détecte les mouvements de votre regard, par exemple quel personnage vous fixez le plus, mais il analyse aussi, le langage de votre corps. Il évolue ensuite en fonction des informations enregistrées, par exemple en s’intéressant au point de vue du personnage qui attire le plus votre attention. Cette technique utilise l’intelligence artificielle pour anticiper ce que le spectateur veut voir, lui offrant ainsi une expérience des plus satisfaisantes.

Le short-film est disponible dès maintenant ici

Bon visionnage !


À propos de l'auteur

Patricia Didier

Collaboratrice chez Pyramyd, chargée de la coordination des formations et de l'animation du blog.