Talk & Learn #2 – On se fait un brief avec Céline Jeannin de l’agence Rosbeef!

Camille Delan Actu, Ateliers du savoir, Portrait 0 Commentaire

celine_jDirectrice du planning stratégique, Céline Jeannin est arrivée chez Rosbeef! en septembre 2017.

Auparavant planneur stratégique pour HAVAS 360, puis pour Havas Paris, Céline a débuté sa carrière à ce poste au sein de BDDP & Fils (Ici Barbès) puis continua son parcours chez LEG (Les Gaulois) durant 6 ans.

Céline nous fera le plaisir d’intervenir lors de notre conférence On se fait un brief ! du 16 novembre prochain sur le thème du brief en tant sur triple enjeu, vu de part et d’autre du prisme de la création.

Quelle est votre mission sur terre ?
Je suis planneur stratégique. Du genre qui considère que la différence se joue très en amont d’une campagne, quelle qu’en soit la teneur. Du genre qui pense qu’un planneur est indispensable à une agence à partir du moment où il apporte un maximum de justesse et d’efficacité très tôt dans le process pour inspirer la bonne idée créative.  In fine, ma mission sur terre consiste à développer le « magnétisme » des marques, c’est à dire l’ensemble des perceptions de base qui transforment les personnes familières avec une marque en « amis » et les « amis » en « fans ».

Pouvez-vous nous faire le Pitch de Rosbeef en quelques mots ? 
Une agence indépendante qui se plait à anticiper les problématiques business de ses partenaires. Et à construire avec eux des réponses créatives, innovantes et ambitieuses.

La question naïve : agences et annonceurs parlent-ils le même langage ?
Je ne pense pas et c’est une bonne chose : quand deux « étrangers » se rencontrent, leur échange dresse très souvent des perspectives nouvelles et rafraîchissantes pour les deux. Mais la clé c’est d’avoir une vraie volonté de se comprendre et de s’enrichir l’un l’autre. Sans que ce soit notre langue natale, on a fait « annonceur » première langue. Tous nos clients vous le diront. Ça aide :-)

La question consultant : quels conseils donner à qui souhaite processer le brief ?
> De ne pas avoir peur de poser des questions.
> D’écouter son intuition.
> De bien caractériser ce qui se cache derrière des mots clés du brief qui peuvent être simples… mais qui parfois ne veulent absolument rien dire. Comme « premium » ou « wahou » par exemple.
> D’être précis et concis.
> De ne pas se bloquer sur « ce que la marque ou le client veut » au risque de passer à côté de la vraie bonne solution.
> Ne pas être trop « bon élève ». S’autoriser à bousculer (un peu, et uniquement si ça se justifie).

La question concrète : la mise en place d’une démarche de co-contruction n’est-elle pas l’une des clés du succès d’un brief réussi ?
Si, bien entendu. Mais elle doit être absolument honnête pour être fructueuse. Si on part en « co-construction » en sachant déjà à 100% là où on veut arriver et là où on veut mener l’autre c’est perdu d’avance. La co-construction doit être dans l’ADN des gens qui s’asseyent autour de la table. Si on a passé sa carrière à se trouver super sans être à l’écoute des autres on ne peut pas d’un coup se dire à fond sur la co-construction juste sous prétexte que c’est à la mode.

La question inspirante : si vous deviez citer une source d’inspiration dans votre métier, quelle serait-elle ?
La vraie vie. Le planneur, c’est celui qui s’intéresse à ce que les vrais gens font et à ce qu’ils ont dans la tête, pour aider la marque à mieux les écouter, leur parler et interagir avec eux. Au-delà des études. Les études peuvent donner des indications, mais ne doivent pas faire les choix à notre place.

FacebookTwitterGoogle+LinkedInDelicious

À propos de l'auteur

Camille Delan

PYRAMYD