Quand formation et culture ne font qu’un.

Pyramyd Ateliers du savoir, En relecture, Formation, Portrait

Close up of eye with shocked expression

Véronique Vienne est professeur au Paris College of Art* et formateur chez Pyramyd formation depuis plus de 10 ans. Également critique design et auteure, elle nous explique pourquoi la formation, au-delà de sa nécessité évidente pour progresser professionnellement, est inhérente à la culture. S’intéresser, sans cesse, chercher à comprendre, toujours, découvrir, être curieux… C’est l’état d’esprit de toute personne qui s’épanouit à travers l’apprentissage.

Pyramyd : Pourquoi avoir choisi de former chez Pyramyd Formation ? 

Véronique Vienne : Avant de développer mes formations à Pyramyd, j’enseignais aux États-Unis, à New York, à la School of Visual Arts (SVA) dans un programme pour des designers spécialisés dans les métiers de la communication. Depuis 1998, j’avais accompagné mes étudiants dans cette transition numérique qui allait totalement transformer le monde dans lequel nous vivons. De retour en France, il y a une dizaine d’années, j’ai eu la chance de rencontrer Michel Chanaud, le fondateur de Pyramyd et du magazine étapes: . J’ai trouvé là, au sein de l’équipe Pyramyd, une ouverture d’esprit et un sens de l’efficacité très anglo-saxons —  j’ai eu tout de suite envie de travailler avec eux. J’aimais surtout le fait que les formations proposaient des mises à niveau sur le plan technologique mais aussi culturel.

P. : Quel est le profil type de tes apprenants, leur métier, leur secteur d’activité ?

VV. : Mes apprenants sont, pour la plupart des professionnels de la com qui se sont formés par eux-mêmes pour s’adapter continuellement aux changements techniques et à l’évolution des mentalités. Chez Pyramyd, on s’inscrit à des formations pour se prendre en main. Pour rester dans le coup. Pour ne pas perdre sa pertinence. Il y a une sorte d’urgence dans l’air. C’est compliqué car au delà de certaines compétences qu’ils peuvent acquérir assez vite, il y a toute la partie cachée du métier qui repose sur la culture générale et l’histoire de l’art.

P. : Pourquoi te semble-t-il indispensable aujourd’hui que les personnes continuent de se former au fil de l’eau, hormis pour leur propre enrichissement personnel ?

VV. : Aujourd’hui, on ne peut plus s’installer dans une spécialité. Il faut être à la fois un expert et un généraliste. On ne peut plus tout savoir — mais il faut savoir à qui s’adresser. En même temps, il ne faut pas « déléguer sa compréhension », comme disait le designer Charles Eames. Il faut avoir des notions dans des domaines aussi variés que les droits d’auteur, le fooding, la médecine du travail, le marketing, ou les enjeux climatiques. Et il faut se cultiver sans répit : aller voir des expositions, s’intéresser au travail des autres, parler anglais, être présent sur les réseaux…

Merci Véronique. On te retrouve vite dans nos Ateliers du Savoir et dans la formation en Alternance Designer Multimédia.

Propos recueillis par Camille Delan

 

*Le Paris College of Art est partenaire de Pyramyd formation pour la formation en alternance Designer Multimédia (Titre de Niveau 6 enregistré au RCNP)


À propos de l'auteur

Pyramyd

Responsable Produits Pyramyd Formation