Il nous parle de motion design

Pyramyd Actu, Formation, Portrait 0 Comments

Président du studio BLACKMEAL de l’AMDF, association qui s’occupe du festival Motion Motion à Nantes,  Matthieu Colombel vient d’une formation en analyse cinématographique et d’une spécialisation en motion design de l’école e-artsup.
En attendant de le retrouver à l’occasion de notre conférence Talk & Learn « Let’s Talk about Motion » il nous livre sa vision en quelques questions clés.
 La question « pitch » : pouvez-vous nous faire le pitch de Blackmeal en une phrase ?
Nous faisons passer des idées, des messages avec des représentations graphiques que nous mettons en mouvement. Nous aimons jouer avec la métaphore graphique et faire des vidéos simples et compréhensibles par tous. 
La question « expert » : quelles seront les tendances qui marqueront 2019 ?
Il n’est plus possible de penser le design graphique sans l’imaginer en mouvement. Parmi les tendances de demain on remarque le sombre, le doré, le métal, les arrondis, la calligraphie, l’encre, les textures (Pattern / Monogrammes), les cadres et le mélange entre les techniques (Papier découpé + 3D + 2D / Stop motion, feutre et animation traditionnelle, par exemple). 
La question « naïve » : est-il possible de dresser le portrait-robot du motion designer?
Un motion designer ça se résume en un seul mot : Bidouilleur.
C’est une personne qui sait manier la métaphore graphique et qui ne s’arrête pas à un souci technique. C’est quelqu’un qui essaie, échoue, recommence et contourne. C’est un créatif.
Il compose avec ce qu’il a sous la main en fonction de son ressenti graphique : Photo, 2D, 3D, papier découpé, etc.
Sa formation est portée par le design graphique, pas par la technique. On vient le chercher pour son style, pas pour ses compétences techniques. 
La question « inspirante » : si vous deviez citer une source d’inspiration dans votre métier, quelle serait-elle ?
J’en ai 2, car elles sont très complémentaires et expliquent bien notre vision et notre métier.
1 – Saul Bass : car il a été le premier à expliquer que son métier de designer graphique (il faisait les affiches de film pour Hitchcock notamment) ne pouvait pas s’arrêter à une image statique (cela a donné les génériques de films). Il résumait son métier comme ça : « Un générique est là pour souligner la trame narrative du film pour évoquer l’histoire de manière métaphorique. ». C’est exactement ce que nous faisons aujourd’hui, mais dans le monde de la communication.
2 –  Kyle Cooper : l’un des plus grands motion designer du 21ème siècle, formé par Paul Rand au sein de l’université de Yale, l’un des plus grands designers graphiques de la fin du 20ème siècle. C’est un motion designer qui aime, les erreurs accidents graphiques, qui brûle, raye, casse beaucoup, beaucoup de choses. Il expérimente, il tente, il ne reste jamais dans sa zone de confort et prend des risques. Il aime les 2D et la 3D, mais se demande toujours comment il va réussir à faire ces effets avec une caméra. Il n’a aucun frein technique.
Merci Matthieu ! On te retrouve le 21 mars pour Let’s talk about Motion !
Son showreel : https://vimeo.com/290293609


À propos de l'auteur

Pyramyd

Responsable Produits Pyramyd Formation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *